Temps de lecture : 3 minutes

L’a√©roport de Pierrefonds : le bichique qui ne peut pas se payer du rhum ?

Quand l'aéroport de Pierrefonds se prend les pieds dans le tarmac : un vol mouvementé vers la ruine !

aéroport Pierrefonds

C’est un fait, l’a√©roport de Pierrefonds a toujours eu du mal √† joindre les deux bouts (source : Zinfos974). Depuis son ouverture, il nage dans les eaux troubles de la d√©ficience financi√®re. Sans les subventions r√©guli√®res des collectivit√©s, il aurait d√©j√† plong√© dans les abysses. Et la crise du COVID n’a fait qu’aggraver sa situation d√©j√† pr√©caire. R√©cemment, les employ√©s ont failli faire la gr√®ve, mena√ßant de se mettre en mode ¬ę¬†vol plan√©¬†¬Ľ suite aux rumeurs selon lesquelles leurs salaires risquaient de rester en apesanteur. Le directeur, Didier Prugni√®res, √©puis√© par la gestion des probl√®mes de tr√©sorerie et les agissements de l’entourage du pr√©sident Andr√© Thien-Ah-Koon, aurait pr√©f√©r√© prendre un billet pour le cong√© maladie plut√īt que de continuer √† faire face √† ce d√©collage mouvement√©.

Un joyeux bazar

Maintenant, imaginez la sc√®ne : le syndicat mixte se retrouve sans directeur au moment le plus critique. C’est comme si le pilote avait d√©cid√© de s’√©jecter en plein vol, laissant les passagers livr√©s √† eux-m√™mes. Bref, c’est un joyeux bazar dans le ciel a√©roportuaire de Pierrefonds.

Les employ√©s, conscients de leur avenir incertain, ont menac√© de faire gr√®ve. Ils se sont ravis√©s apr√®s avoir re√ßu la promesse que la CASUD (Communaut√© d’Agglom√©ration du Sud) verserait la coquette somme de 300 000 ‚ā¨ pour les soutenir. Cependant, √† ce jour, cet argent se fait attendre comme le passage d’un avion en retard. L’impatience monte, et avec elle, la tension.

Il faut dire que les finances de cette structure sont dans un √©tat plus que critique. La crise du COVID n’est qu’une partie du probl√®me. L’a√©roport a toujours √©t√© dans le rouge, ou plut√īt dans le bichique, depuis ses d√©buts.

On en vient donc √† la conclusion √©vidente : l’a√©roport de Pierrefonds ne survit que gr√Ęce aux subventions g√©n√©reusement octroy√©es par les collectivit√©s. En 2023, ce sont plus de 1,6 million d’euros qui ont √©t√© allou√©s au fonctionnement de cette machine volante en d√©tresse. La CIVIS a sorti 700 000 ‚ā¨ de son tiroir, la CASUD a apport√© 375 000 ‚ā¨, la R√©gion et le D√©partement ont chacun ajout√© 240 000 ‚ā¨, tandis que la commune de Saint-Leu a particip√© avec ses modestes 54 000 ‚ā¨.

La lenteur des collectivités

Cependant, le probl√®me r√©side dans le fait que ces collectivit√©s ont tendance √† payer avec la lenteur d’un escargot asthmatique. Par exemple, en 2021, elles s’√©taient engag√©es √† verser une avance de tr√©sorerie de 375 000 ‚ā¨ chacune. Tout le monde a fait sa part, sauf‚Ķ la CASUD, dont le pr√©sident n’est autre qu’Andr√© Thien Ah Koon, √©galement pr√©sident du syndicat mixte. Ironique, n’est-ce pas ?

De l’autre c√īt√©, tout le monde a pay√© sa contribution exceptionnelle au budget 2021, √† l’exception de la CIVIS, qui s’est emm√™l√© les pinceaux dans ses comptes. Mais soyons justes, la communaut√© d’agglom√©ration pr√©sid√©e par Michel Fontaine a montr√© un peu plus d’application, versant fi√®rement un acompte de 350 000 ‚ā¨ sur les 700 000 ‚ā¨ qu’elle doit pour l’ensemble de sa participation en 2023.

Cerise sur le g√Ęteau (au rhum) : la commune de Saint-Leu tra√ģne encore les pieds pour payer les 54 251 ‚ā¨ qu’elle doit pour sa participation en 2022. On peut dire qu’ils ont la notion du temps √† leur mani√®re, √† Saint-Leu.

En ce qui concerne les investissements, la situation est encore plus d√©sastreuse. La CIVIS et le D√©partement sont redevables respectivement de 82 754 ‚ā¨ et 28 602 ‚ā¨ pour des travaux d’aviation g√©n√©rale. Et que dire des travaux r√©alis√©s pour accueillir le Dash-8 sur le p√©licandrome ? La CIVIS et la CASUD doivent chacun leur part de 100 000 ‚ā¨, tandis que le D√©partement en doit 490 000 ‚ā¨, et la R√©gion a gracieusement r√©gl√© une partie de ses 185 000 ‚ā¨.

Tout cela pour dire que les employ√©s de l’a√©roport en ont assez de vivre dans l’incertitude chaque mois, se demandant s’ils toucheront leur salaire √† temps. Il est peut-√™tre temps que nos chers √©lus prennent leurs responsabilit√©s et reconnaissent que cet a√©roport n’est rien d’autre qu’un gouffre financier.

Et pourtant, on l’aime bien notre a√©roport. Il est pratique pour toutes les bichiques vivant dans le Sud et on aimerait bien qu’il se d√©veloppe en s’ouvrant √† d’autres destinations. Et si en plus on pouvait avoir des billets d’avion moins chers, ce serait le paradis…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Les Oranges P√©i: Le Fruit Qui Vaut de l’Or

Article suivant

Brevet 2023 : Les Bichiques en Mission (Presque) Impossible !

Derniers de Blog

Les actus à ne pas manquer

A propos

Sur Rhum-Bichique.re, notre √©quipe de bichiques vous apporte le meilleur de l’humour r√©unionnais, avec un soup√ßon de sarcasme, une pinc√©e de moquerie et une dose g√©n√©reuse d’autod√©rision. Si vous cherchez √† rire, √† d√©couvrir et √† explorer cette √ģle paradisiaque avec un regard diff√©rent, vous √™tes au bon endroit.

Les bichiques

Sur Rhum-Bichique.re, nous avons d√©cid√© de confier l’√©criture √† des experts en humour local – les bichiques ! Avec leur connaissance approfondie de la vie insulaire, leur plume est plus piquante que le piment le plus fort de l’√ģle. Pour l’instant, nous n’en avons qu’un, mais croyez-nous, il est plus hilarant qu’un singe qui vole une baguette de pain.

© Rhum-Bichique.re
Tous droits réservés, sauf pour les bichiques, qui ont le droit de copier, coller et rire à gorge déployée !